Image  [entrée directionnelle]

Le français image est un calque du latin qui désigne en propre une imitation matérielle, en particulier les effigies des morts, et que réinvestira la psychanalyse (voir encadré [2], « L'imago en psychanalyse » dans eidôlon). On partira du grec, à cause de la multiplicité non synonyme des mots qui y désignent l'image, et de l'allemand, à cause de l'ampleur des dérivations auxquelles donne lieu.

I. Eidôlon : la complexité du vocabulaire grec de l'image

Le grec nomme l'image en privilégiant à chaque fois l'un de ses traits définitionnels ou fonctionnels : [εἰκών], « la similitude », [ϕάνταὓμα], « l'apparition dans la lumière » (voir phantasia, « imagination » sur [ϕῶὖ], « lumière », voir lumière), [τύπος], « l'empreinte, la frappe », etc. On trouvera explorées sous l'entrée eidôlon, terme le plus général formé sur le verbe signifiant « voir » et qui désigne l'image comme un visible qui donne à en voir un autre, les principales difficultés d'interprétation et de traduction auxquelles ont donné lieu l'ontologie et l'optique, via l'arabe ( [المعنى]).

De nombreux termes latins autres qu'imago peuvent être rendus par « image » ( ). Ils répondent, mais ne correspondent pas, aux termes grecs : species, par exemple, est la traduction que privilégie pour l' [εἶδοὖ] platonicien, « idée, essence »; mais le mot peut désigner dans d'autres contextes philosophiques l' [εἴδωλον], « image » et « simulacre ».

II. Bild : l'ampleur des dérivations en allemand

Sous l'entrée all. Bild, on trouvera étudié un réseau de termes qui font système et permettent de problématiser le rapport de l'image à son modèle : / (modèle/copie), (copie ressemblante), (ectype), à mettre en perspective avec l'hébreu de la Genèse ( [םלֶצֶ], [תוּמדְּ]). Cette constellation d'une amplitude exceptionnelle s'étend à l'imagination comme faculté de former des images (voir imagination), et à la formation.

III. Les complexes de problèmes

1. La dimension esthétique de l'image est étudiée sous le chef de la mimêsis, « imitation/représentation »; voir description/depiction (angl.), tableau.

2. Sur l'aspect littéraire et rhétorique de l'image, voir « To Eikos », le « vraisemblable », encadré [1] dans eidôlon, et comparaison; voir aussi ingenium.

3. Sur la possibilité d'une théologie et d'une politique fondées sur l'image comme trace visible de l'invisible, voir oikonomia.

4. Sur l'ontologie de l'être et du paraître, voir apparence, doxa.

© Le Seuil / Dictionnaires le Robert, 2003.